Monsieur l'abbé Jean Martens, Doyen honoraire, Rue Guidet, 4 - 5020 VEDRIN Tél. 081 21 24 73

Novembre 2017

"La sainteté, un chemin pour tous

Intérieur église de Gelbressée

Editorial du bulletin paroissial de Gelbressée de Novembre 2017

La sainteté, un chemin pour tous

Le mois de novembre débute chaque année pour nous par la Fête de la Toussaint suivie aussitôt du jour de prière pour les défunts. Au moment où la nuit prend de plus en plus possession des jours et où s’annonce l’hiver, ces deux temps de célébration viennent nous rappeler notre condition de mortels tout en nous aidant à saisir le sens ultime de notre existence humaine. Temps de fête, c’est-à-dire de réjouissance, mais également temps marqué par la tristesse des séparations, ces deux journées touchent au plus intime de ce que nous sommes. Elles nous renvoient autant à notre espérance chrétienne qu’à nos solidarités entre vivants et morts, sans négliger ou mépriser nos angoisses naturelles devant la mort, la nôtre et celle de ceux qui nous sont chers.

En commençant par fêter « tous les saints » - et il est bien naturel que nous en préférions plus que d’autres car il y a le choix ! -, c’est-à-dire toutes celles et tous ceux, innombrables, connus et surtout inconnus, qui ont vécu dans l’amitié de Dieu, nous pouvons d’abord nous rappeler la vocation de chacun à savoir vivre dès aujourd’hui et pour toujours dans la proximité du Créateur. En effet, la sainteté, c’est-à-dire l’union au seul Saint, n’est pas un chemin réservé à quelques êtres exceptionnels, mais c’est bien l’état auquel, si nous le choisissons, nous sommes toutes et tous destinés.

À l’occasion de ces deux jours de célébration, nous sommes également invités à découvrir que tous ceux qui nous ont précédés dans l’épreuve de la mort restent en communion avec nous, et qu’ils gardent une capacité d’agir sous l’action de l’Esprit de Dieu qui les habite de façon permanente. Car si la mort vient mettre une limite à nos existences terrestres, à nos corps corruptibles, à nos relations physiquement sensibles, elle ne nous enferme pas pour autant sous les scellés de l’abîme et du vide. L’enseignement de l’Évangile et celui de l’Église nous apprennent que les défunts entrent dans une nouvelle proximité avec Dieu. Placés dans la lumière du Celui-ci, illuminés par sa gloire, ils peuvent nous en faire profiter au moyen de leurs prières pour nous. Pouvant maintenant contempler le Christ Ressuscité et adhérer totalement à son mystère, ils ont la capacité d‘intercéder pour nous, comme tous les saints officiellement reconnus. C’est ce que l’Église appelle « la communion des saints », c’est-à-dire la solidarité entre les vivants de ce côté-ci de la vie, et les vivants de l’autre côté de la vie.

Ces deux fêtes illumineront tout ce mois de novembre et nous conduiront vers une nouvelle année liturgique qui s’ouvrira le dernier dimanche de novembre. Nous entrerons alors de plain-pied dans le temps de l’Avent que nous vivrons sous le signe de la solidarité. Nous en reparlerons le mois prochain.


Abbé Daniel Chavée.

 

EN CHEMIN VERS L’UNITE PASTORALE….

Extrait du bulletin de février 2017
Paroisses Marche-les-Dames & Wartet

Du changement pour nos paroisses !

Depuis quelques temps, le secteur pastoral Namur-Nord, dont font partie les paroisses de Wartet et Marche-les-Dames, est appelé à vivre une « renaissance », une métamorphose. Le secteur est appelé à devenir « Unité Pastorale ». Une Unité Pastorale, c’est une communauté de communautés, un lieu de communion dans la diversité, avec les chrétiens des différentes paroisses et leurs spécificités, bien sûr.
Construire une Unité Pastorale, c’est faire ensemble un pas nouveau… C’est faire, c’est être Eglise de Dieu de manière nouvelle chez nous aujourd’hui, dans ce monde qui change, et qui change vite ! C’est ce monde que Dieu veut rejoindre, avec nous, aujourd’hui. Avec toute la richesse de notre passé, mais bien enracinés dans la réalité d’aujourd’hui.
D’où l’importance de ne pas marcher seul… Nous porter les uns les autres dans la prière, donner un coup de main pour la catéchèse, l’animation de la liturgie, le service des malades ou des plus pauvres aussi ailleurs que dans « ma » paroisse, rejoindre le secteur dans ses rassemblements… C’est à une véritable conversion des cœurs et des habitudes que nous sommes invités.
Concrètement, en janvier, une équipe préparatoire s’est mise en place, accompagnée par l’équipe diocésaine du Chantier Paroissial. Des chrétiens de nos paroisses en font partie. Et déjà, le 5 mars prochain, une célébration de lancement du cheminement vers l’Unité Pastorale rassemblera toutes les paroisses du secteur à 10h30 à l’église de Moulin-à-Vent, elle sera présidée par l’Abbé Christian Florence, vicaire épiscopal pour la province de Namur. Vous y êtes tous invités : notez déjà ce rendez-vous important dans vos agendas !

REUNION DE LECTURE BIBLIQUE

 

Liens Catholiques

Médias Catholiques Belges Francophones

Homélies de l'Abbé Paul Malherbe

 

 

 

Echos de nos secteurs paroissiaux

Secteur Namur Nord

Horaire des messes dominicales d'octobre 2017

Consulter l'album photos de notre vie en secteur

Les enfants (des paroisses du secteur Namur Nord) qui ont fait leur profession de foi au mois de mai 2017 recevront le sacrement de confirmation le dimanche 12 Novembre à 10h45.

* * *

- La préparation au baptême des enfants est organisée en secteur dans les 12 paroisses. Les parents, parrains et marraines sont invités à une de ces réunions de préparation et d’information qui se tiennent dans la salle « Notre Maison », place des Tilleuls, en face de l’église de Bouge Moulin-à-vent. Les prochaines réunions du mercredi de 20h00 à 21h00 : 15 novembre, 20 décembre 2017.

Lien : Sanctuaire Sainte Rita à Bouge

Secteur Namur Centre

Horaire des messes du Centre Ville

Paroisse Saint Jean-Baptiste & Saint Loup : bulletin de novembre 2017

Messe de Toussaint sera célébrée à l’heure habituelle, soit à 10h30, mercredi, en l’église Saint-Loup rue du Collège à Namur.

Paroisse Saint-Nicolas : bulletin de novembre 2017
Abbé Pierre Dujardin - Tél : 081/22.03.59 - Gsm : 0476/62.93.66

* * *

Histoire des Chanoines de Latran et de leur prieuré à Bomel
Le quartier de Bomel
(lien)

Lien : Site Eglise Saint Loup vie culturelle et vie cutuelle (lien)

Secteur Namur Meuse

Consulter les sites de La Plante - Wépion - Vierly | Profondeville

Lien : Centre Spirituel La Pairelle, Wépion

* * *

Paroisse Saint-Nicolas Namur - Octobre 2017

Pourquoi célébrer la messe du lundi des fêtes de Wallonie à Saint-Nicolas ?

Cela a beaucoup de sens en raison de deux fortes personnalités wallonnes qui ont vécu dans le quartier :

1. Nicolas Bosret (1799-1876) qui était aveugle, a été l'organiste titulaire de notre église Saint-Nicolas.

Il a composé « Li Bia Bouquet » qui est devenu l'hymne des namurois en 1857. Cette chanson a été écrite pour une jeune fille, Anne Quertaimont qui habitait la rue Saint-Nicolas et qui est devenue par la suite son épouse; ils se sont d'ailleurs mariés à l'église Saint-Nicolas.

Nicolas Bosret (Statue) & Arthur Masson (Oeuvre)

Ses funérailles ont été également célébrées dans notre église.

N. Bosret a été aussi un des fondateurs de la société royale namuroise « Moncrabeau », avec ses 40 molons ! C’est ainsi que les molons fêtent leur sainte Cécile chaque année dans notre église !
Il était aussi un membre du cercle des menteurs, dont le concours des « mintes » existe encore aujourd'hui et constitue une des premières activités des fêtes de Wallonie.
En raison de tout cela, son buste avait été érigé dans le quartier Saint-Nicolas qui lui était cher (au Boulevard Isabelle Brunell), mais en raison de la construction du pont des Ardennes, il fut déplacé en face du théâtre.

2. Arthur Masson (1896-1970), célèbre écrivain qui utilisait dans ses écrits le dialecte wallon, et qui s’est rendu célèbre par son personnage Toine Culot.
Lui aussi a habité le quartier Saint-Nicolas (avenue de Smet de Nayer) et ses funérailles ont été célébrées à l’église Saint-Nicolas !

Le square des échasseurs est d’ailleurs dédié à son nom.

Tout cela pour dire que la messe du lundi des fêtes de Wallonie a très bien sa place dans notre église : c’est le bon choix !

Abbé Pierre DUJARDIN †

______________________________

Centre de Documentation Diocésain

http://www.librairiescdd.be

 

Paroisses du Secteur Nord
Horaire des messes | Prêtres - Contacts


Paroisses du Secteur Centre
Saint Jean l'Evangéliste, cathédrale
Saint Joseph
Saint Jean Baptiste & Saint Loup
Saint Nicolas
Bomel
Sainte Julienne (Salzinnes)

Paroisse de Jambes

Paroisses du Secteur Meuse

La Plante
Wépion-Fooz
Wépion-Vierly
Profondeville
Rivière

Liens paroissiaux

Doyenné de Saint-Servais
Doyenné de Leuze

COMMENT DEVIENT-ON CHRETIEN ?

Pour être chrétien, il faut d’abord le devenir.

Tertullien, un des premiers théologiens de l’Église, a très justement écrit : « On ne naît pas chrétien, on le devient ».

La formule a beau daté du 3ème siècle, elle est toujours vraie. Cependant, beaucoup de gens continuent de penser qu’il suffit d’être né dans un pays chrétien ou d’avoir été baptisé bébé pour être chrétien à leur tour. D’autres se rassurent en portant une croix à leur cou ou en plaçant un crucifix au-dessus de leur porte d’entrée. Sans compter ceux qui se tranquillisent en allant à l’église, au moins une fois… par an !

Un choix, une réponse

Lorsque je lis la Bible, je vois tout d’abord qu’elle n’utilise que trois fois le mot chrétien. Elle préfère de loin le mot disciple. Or, le mot disciple implique choix, apprentissage, obéissance… Il s’agit de suivre le Christ, de vivre avec lui.

Devenir chrétien est donc nécessairement un choix personnel et même un engagement que personne ne peut prendre à notre place. Les cérémonies religieuses ne se substitueront jamais à une décision que nous sommes seuls à pouvoir prendre.

La Bible montre que les apôtres du Christ ont sans cesse lancé un appel à décider, à choisir de croire, c’est-à-dire à faire confiance totalement à Jésus.
Nous ne pouvons vivre cette grande étape qu’avec notre personne toute entière : intelligence, sentiments, émotions, volonté.

Des informations, de l’émotion

Il y a donc une part d’informations à recevoir. C’est la Bible qui peut nous les donner en nous apprenant les choses essentielles sur Dieu, Jésus-Christ, Dieu fait homme, le pourquoi de sa mort, la bonne nouvelle de sa résurrection…


Ensuite, devenir chrétien, fait également appel à nos émotions.
« C’est le cœur qui sent Dieu » disait le grand savant chrétien Blaise Pascal. Il savait de quoi il parlait, lui qui a vécu une véritable « nuit de feu » qu’il a résumée par ces mots inscrits dans la doublure de son vêtement pour les avoir toujours avec lui « Joie, joie, joie, pleurs de joie ». Ce 23 novembre 1654, il avait rencontré Dieu.

oui

Suffit-il pour autant de vivre des émotions religieuses pour être chrétien ? Non, car la volonté doit aussi entrer en action. Il y a un choix à faire. Devenir chrétien, c’est en effet dire oui à Jésus-Christ. Il n’y a pas de décision plus importante qu’un homme puisse prendre. En effet, elle ne concerne pas seulement nos années sur terre mais également notre éternité.
Pour illustrer ce moment, la Bible utilise d’autres mots : conversion, nouvelle naissance, repentance…

Devenir chrétien, c’est, en quelque sorte, capituler devant le Christ, devant son amour tel qu’on le voit à la croix où il est mort pour nos péchés. Cela exige de reconnaître nos torts, nos erreurs, nos péchés et de l’accueillir par la foi dans notre vie. Lui demander d’en être le Sauveur et d’en devenir le Maître, le Seigneur. Choisir donc de lui obéir, de vivre pour lui et avec lui.

La Bible utilise cette magnifique expression « Christ en nous » pour indiquer la réalité qui en découle.


À partir de ce moment là, vous êtes devenu chrétien !

Philippe HUBINON - Extrait du Bulletin paroissial de Marche-les-Dames - Wartet
Décembre 2015